forage 

Un album de famille


J’ai commencé à prendre des images photographiques il y a longtemps maintenant, sans autre envie que de mettre mon oeil dans ce viseur et ainsi mettre des frontières au monde que j’observe. Puis j’ai rencontré ma compagne qui est toujours là aujourd’hui, et  continuer à prendre des photographies avait un sens que j’ignorais alors.


Devenir père m’avait toujours semblé aller de soi (d’aussi loin que je me souvienne dès le début de notre relation il y a eu des discussion sur nos enfants futurs) mais en fait cela ne l’était pas. Nos enfant naitrons dix ans plus tard.

Le calme apparent que je m’efforcait de montrer était inversement proportionnel à l’agitation intérieur qui m’habitait; quoi faire, comment faire pour les élever,

saurai je comment les aimer?


Je suis un homme et un père silencieux, avec beaucoup de questionnements et de doutes, qu’il me reste difficile de partager avec mes proches. Je vois et vis ma famille comme un archipel de cinq iles avec des fondations sous-marines.

Je suis en même temps à côté et devant elle, l’observant, gardant la bonne distance me permettant de prendre des photographies, et dans cette volonté de briser cette distance.


J’ai toujours en mémoire ce moment de l’ouverture du film de Wim Wenders, Paris-Texas, montrant  Travis déambuler le long des rails de chemin de fer. Je me sens comme lui perdu dans mes pensées et cherchant à faire face à mes émotions.


Plus de vingt ans ont passé et j’ai décidé de faire une maquette de livre photo.